Étapes conseillées pour un développement de fichiers RAW

Quelque soit le logiciel utilisé, les modifications que l’on apporte à un fichier RAW sont non-destructives et ne seront réellement appliquées à l’image que lors de l’export au format JPG ou TIFF. Partant de là, on peut facilement s’imaginer que l’ordre pour effectuer ces modifications n’a aucune forme d’importance.

Si d’un point de vue théorique, ce n’est pas faux, d’un point de vue pratique, il en va autrement. Je vous propose d’illustrer mon propos par un petit exemple.

Imaginons que nous sommes en train de traiter une image de photo de rue qui, sur tout son bord gauche, laisse apparaitre une palissade métallique blanche illuminée par le soleil, le reste de l’image contenant des bâtiments de coloris majoritairement « gris moyen ».

On peut évidemment commencer par régler l’exposition. Dans ce cas, on va (en observant notre histogramme) chercher à abaisser les hautes lumières pour éviter que la palissade soit cramée.

Mais peut-être que cette palissade nous gène et qu’elle va être retirée de la photo par un recadrage? Dans ce cas, pourquoi régler notre exposition maintenant?

Donc, il vaudrait mieux recadrer d’abord, mais avant cela, il est encore plus intéressant de corriger les défauts de notre objectif, car cette correction aura aussi un impact sur le recadrage.

Bref, vous avez compris le topo; il y a un « bon ordre » pour faire les choses !

Dans le fichier joint, vous trouverez ma préconisation pour cet ordonnancement des tâches. Cet enchainement-là me permet de gagner un temps précieux lors de mes séances de développement, car je ne reviens que très rarement en arrière. J’espère qu’il vous aidera tout autant.

4 réponses sur “Étapes conseillées pour un développement de fichiers RAW”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.